CIMA+ en nomination dans six catégories au concours de l’ICCA 2019

Les quatre projets soumis par le groupe Bâtiment de CIMA+ au concours des Prix d’excellence 2019 de la construction en acier de l’ICCA Québec ont été retenus dans six catégories. Au total, 40 finalistes dans 11 catégories ont été sélectionnés parmi les 111 candidatures soumises. CIMA+ est donc très fière de compter parmi ce groupe d’élite ! Les lauréats seront dévoilés durant le gala annuel célébrant la 21e édition du concours qui se tiendra le 11 novembre 2019 aux Salles de Bal le Windsor à Montréal.

Voici les projets présentés par CIMA+ :

  • Catégories : Bâtiment Industriel & Ingéniosité : Construction d’un nouveau bâtiment technique de type « Power House », Université McGill
  • Catégorie : Bâtiment Institutionnel : Construction du centre Mackay – Philip E. Layton à Montréal & Réfection des infrastructures du Grand Prix du Canada de Formule 1
  • Catégorie : Bâtiment Résidentiel : Résidence Veilleux-Champagne, Sainte-Angèle-de-Prémont
  • Catégorie : Jeune Ingénieur : Jonathan Binette – Réfection des infrastructures du Grand Prix du Canada de Formule 1

Construction d’un nouveau bâtiment technique de type « Power House », Université McGill

La centrale thermique de l’université McGill ainsi que les pavillons Wong, Rutherford, Administration et Leacock étaient alimentés par une seule génératrice d’urgence située dans le bâtiment Ferrier, à proximité immédiate de la salle des chaudières. Cette configuration est jugée risquée et sa mitigation est devenue une priorité pour l’Université. De plus, l’Université a émis le besoin d’augmenter le nombre de groupes électrogènes pour supporter ses installations techniques. La combinaison ces besoins a donné naissance au projet de construction d’un nouveau bâtiment technique de type « Power House ». Les études de faisabilité réalisées par DFS, CIMA+ et SNC-Lavalin ont conduit au choix du site de l’ancienne serre, transformé en stationnement. La réalisation du nouveau bâtiment sur ce site représentait un défi de taille, étant donné son exiguïté, son relief prononcé et le nombre important de conduits suspendus et de massifs enfouis sous son terrain. La solution retenue est un pavillon de verre en charpente métallique sur podium en béton recouvert de pierres calcaires.

Construction du centre Mackay – Philip E. Layton à Montréal

Le nouveau centre Mackay – Philip E. Layton est un bâtiment de 9700 m2 aménagé sur 2 étages. Ce nouveau centre regroupe 2 établissements réputés en soutien aux élèves handicapés ou en difficultés d’adaptation ou d’apprentissage (EHDAA) et accueille annuellement 170 enfants. Le bâtiment est construit en charpente d’acier sur fondations traditionnelles. L’étage est conçu avec une dalle sur tablier métallique supportée par un système de poutres, poutrelles et colonnes d’acier. La toiture est principalement conçue à l’aide d’une charpente d’acier et une petite portion du toit est faite de poutres de bois lamellé-collé appuyées sur des poutres d’acier. Le bâtiment comprend 33 classes et locaux spécialisés, une grande salle multifonctionnelle avec plancher radiant, un gymnase double et un bassin thérapeutique intérieur. Les besoins particuliers de la clientèle de l’école ont mené à l’incorporation d’une grande rampe ainsi que quatre ascenseurs menant au deuxième étage. De plus, plusieurs lève-personnes ont été intégrés de façon à faciliter le déplacement des élèves handicapés dans les différents locaux ainsi qu’entre les vestiaires et la piscine.

Réfection des infrastructures du Grand Prix du Canada de Formule 1

Les nouveaux  Paddocks au circuit Gilles-Villeneuve abritent les garages des différentes écuries de la Formule 1, la tour de contrôle, les locaux du personnel, les loges corporatives, les espaces médias ainsi que le podium. Le bâtiment de trois étages et d’une superficie de plus de 21 500 m2 est composé d’une dalle structurale sur pieux vissés au rez-de-chaussée, d’une charpente d’acier majoritairement couverte de dalles de béton à action composite aux étages et d’une toiture en bois lamellé-collé. Pour plus d’informations, cliquer ici.

Résidence Veilleux-Champagne Sainte-Angèle-de-Prémont

La Résidence Veilleux-Champagne héberge principalement des aires ouvertes et a été construite sur les vestiges d’un ancien moulin en pierre érigé au début des années 1800. L’ancien moulin est situé aux abords d’un affluent de la Petite-Rivière-du-Loup à Sainte-Angèle-de-Prémont en Mauricie. L’équipe de conception a dû faire face à des défis majeurs en raison de la présence de pentes abruptes sur le terrain et du fait que plus de la moitié de l’empreinte au sol du bâtiment se trouvait directement au-dessus des vestiges de l’ancien moulin représentaient de grands défis pour l’équipe de conception. La structure du bâtiment a été conçue principalement pour répondre aux contraintes architecturales du projet et est principalement composée d’une charpente d’acier sur fondations conventionnelles en béton. La structure hybride du toit et du plancher du rez-de-chaussée est composée de poutres d’acier et de poutrelles de bois. Le platelage de bois a été utilisé dans la structure de la mezzanine. Un immense balcon en béton longe deux des quatre façades, donnant des points de vue remarquables. Un des souhaits des propriétaires était de pouvoir profiter d’un maximum d’ouvertures sur les façades. La structure d’acier a permis de respecter cette exigence.

Jonathan Binette

Parrainé par M. Alexandre Poulin, ing. et associé délégué, M. Jonathan Binette, ing. a agi à titre de concepteur en structure en plus d’assurer une surveillance des travaux pour la réfection des infrastructures du Grand Prix du Canada de Formule 1. Des défis de constructibilité très spécifiques devaient être pris en compte lors de la conception tels que le respect inconditionnel de l’échéancier pour limiter les impacts sur les activités événementielles, un espace de travail modeste enclavé entre le bassin olympique et la piste de course ainsi que des travaux de structure majoritairement en conditions hivernales. Monsieur Binette a opté pour la conception d’une structure d’acier, permettant ainsi à l’équipe de relever les défis techniques, mais également de respecter les délais très serrés associés au projet. Ce choix a permis à la société du Parc Jean-Drapeau d’opter pour une solution plus économique en comparaison avec les autres matériaux de construction.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *