CARRIÈRES

 

Faire carrière
chez CIMA+
et définir
l'excellence

Recherche de postes

Candidature spontanée

   

 

 

 

 

Accueil / Expertise / Réalisations vedettes / Protection de l’autoroute 20

Réalisations vedettes

Protection de l’autoroute 20 et restauration du marais de Rivière-du-Loup

 

CONTEXTE

Ce projet pilote s'attaque au problème très actuel de l'érosion des berges du fleuve Saint-Laurent, y compris aux conséquences désastreuses qu'elle génère sur l'environnement maritime, terrestre et humain. À l'instar de plusieurs tronçons routiers longeant le fleuve dans l'Est du Québec, un tronçon de l'autoroute 20 dans le secteur de Rivière-du-Loup était menacé à la suite de l'érosion importante d'un marais à spartine alterniflore qui séparait l'autoroute du fleuve. Ce type de marais constitue l'habitat de poissons d'une grande valeur écologique.

 

Le ministère des Transports du Québec désirait mettre en place une protection pour contrer cette érosion, éviter la déstabilisation des infrastructures routières et créer un habitat de réserve. Le projet visait la mise en place d'une structure de protection permettant à la fois de protéger l'infrastructure routière et de favoriser l'autorégénération du marais intertidal qui avait été détruit au cours des 40 dernières années.

SOLUTION

CIMA+ a démontré au ministère qu'il était envisageable de freiner l'érosion qui, à très court terme, menaçait les infrastructures autoroutières tout en privilégiant, à moyen terme, la création d'un habitat de réserve pour les poissons.

Les ouvrages en pierre ont été mis en place dans le fleuve à 100 m de la rive, selon une conception et une configuration qui permettaient au marais de s‘autorégénérer et de perdurer. La conception de l'ouvrage a tenu compte des facteurs d'érosion à contrer dans ce secteur, des conditions d'écoulement hydraulique à obtenir pour favoriser le dépôt naturel de sédiments fins et permettre la repousse de la végétation.

 

Le projet pilote comportait également un volet « suivi à long terme » consistant à suivre l'évolution du marais et permettre, au besoin, d'optimiser l'intervention initiale, de vérifier la vitesse à laquelle se fera la restauration du marais et de corriger éventuellement le tir en fonction des résultats atteints et à atteindre.

SUCCÈS

Le 6 décembre 2010, plusieurs régions du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie longeant le côté sud du fleuve Saint-Laurent ont subi des dégâts importants en raison de la convergence de plusieurs phénomènes climatiques extrêmes. Bien que le secteur du projet pilote de Rivière-du-Loup ait été soumis à un niveau d'eau extrême exceptionnel selon les données historiques, les infrastructures mises en place, dans le cadre du projet, ont protégé l'autoroute adéquatement.

 

Il est tout à fait plausible que, sans la présence de cet ouvrage de protection, l'infrastructure routière aurait subi des dommages impressionnants. De plus, un dépôt de 1 à 2 mètres de sédiments fins s'est produit derrière la structure de protection offrant ainsi une zone propice à l'implantation de la spartine alterniflore à l'abri des facteurs d'érosion. Les aménagements mis en place ont donc très bien joué leur rôle de protection à court terme et sont donc tout à fait fonctionnels.

 

Les standards d'excellence de CIMA+ ont été reconnus, car ce projet a obtenu en 2012 le prix de l'Association des ingénieurs-conseils du Québec, catégorie environnement.

 

CIMA+ © 2012

Tous droits réservés

Suivez nous sur :

Employeurs de choix au Canada

English  |  Plan du site