Vers une écomobilité plus intelligente

Les véhicules électriques ont de plus en plus la cote au Canada, particulièrement au Québec. Selon les dernières données de l’Association des véhicules électriques du Québec (AVEQ), au 31 mars 2019, près de 43 000 véhicules électriques ou hybrides circulaient dans la province, soit près de la moitié de l’effectif au Canada. Toujours selon l’AVEQ, l’entrée en vigueur de nouveaux incitatifs financiers au fédéral le 1er mai 2019, a accéléré la tendance et a fait bondir les ventes de ce type de véhicules d’au moins 50 % au pays.

L’écomobilité est en plein développement et le Québec en est l’un des épicentres. C’est d’ailleurs ce qui a encouragé le célèbre le Salon EV/VÉ à tenir son édition 2019 à Québec. Or l’écomobilité va de pair avec le développement de villes, d’infrastructures et de systèmes intelligents.

La télécommunication au cœur de l’intelligence

Que ce soit en ingénierie ou dans un contexte plus général, l’intelligence désigne le fait de colliger et d’analyser un ensemble de données afin de prendre une décision éclairée. Prenons l’exemple des véhicules électriques autonomes. De plus en plus nombreux sur nos routes, ils pourraient révolutionner la façon dont nous nous déplaçons en donnant un certain pouvoir de décision à la machine plutôt que d’en laisser l’entière responsabilité au conducteur. En arrivant à une intersection, un véhicule autonome devrait pouvoir déterminer s’il doit s’arrêter, ralentir ou continuer sa route. Pour prendre cette décision, il doit considérer une série de données comme la configuration de l’intersection, le nombre de piétons qui la traversent, la présence d’un feu de circulation, sa couleur au moment du passage, et s’il est vert, le temps qui reste avant qu’il ne devienne rouge. Les équipements installés sur la route ou intégrés aux feux de circulation doivent communiquer avec le système intelligent du véhicule. Pour qu’une ville ou une infrastructure devienne intelligente, elle doit donc, avant tout, disposer d’un bon réseau de télécommunication.

De la mise en place de ce réseau à la création d’équipements, en passant par l’intégration et la programmation de systèmes d’analyse, CIMA+ travaille sur de nombreux projets d’électrification des transports et de développement d’infrastructures intelligentes destinées aux villes. En s’associant, ces deux domaines contribuent à rendre le transport moins polluant et à faciliter la vie des utilisateurs.

L’électrification des autobus à Laval

La Société de transport de Laval (STL) souhaite que son réseau d’autobus soit totalement électrique d’ici quelques années. Outre l’achat de nouveaux véhicules, ce projet implique l’implantation de bornes de recharge dans les garages et de plusieurs systèmes intelligents pour augmenter l’efficience du réseau de transport par autobus, comme nous l’explique Régis Balzard, chargé de projet, Systèmes de transport intelligent chez CIMA+ : « Nous avons accompagné la STL dans le développement d’un réseau de systèmes intelligents qui intègrent plusieurs types de données sur le garage, comme son achalandage à un moment précis, et sur les autobus eux-mêmes, comme leur niveau de charge lors de leur entrée au garage, les distances qu’ils devront parcourir lors de leurs prochaines mises en service, la quantité d’énergie qui sera requise, et l’heure de leur départ. Chaque autobus se verra ensuite assigner une borne de recharge électrique spécifiquement programmée en fonction des données recueillies ».

En attendant que tous les véhicules sur nos routes soient électriques, il existe d’autres moyens de réduire la pollution émise par les véhicules traditionnels, notamment en fluidifiant la circulation.

Fluidifier la circulation dans les grandes villes

Les systèmes de jalonnement dynamique que l’on retrouve dans plusieurs grandes villes indiquent en temps réel aux automobilistes le stationnement le plus proche, le trajet pour s’y rendre, et le nombre de places disponibles. D’autres systèmes à l’intérieur du stationnement indiquent en temps réel le nombre de places disponibles sur chaque étage et leur emplacement exact. Ceci contribue à économiser du temps aux automobilistes, à alléger la circulation et à réduire la pollution.

CIMA+ travaille avec plusieurs municipalités, dont la ville de Montréal pour moderniser les feux de signalisation et rendre le réseau plus fluide et sécuritaire. Grâce à de nouveaux systèmes intelligents, ces feux seront capables de se synchroniser, de s’adapter en temps réel au volume de circulation et d’accorder un droit de passage prioritaire aux autobus et aux véhicules d’urgence.

D’autres applications possibles

S’il est indéniable que les systèmes intelligents sont un prérequis pour une mobilité plus efficiente et plus écoresponsable, ils peuvent également être utilisés dans d’autres domaines de l’ingénierie, comme les systèmes d’éclairage routier qui s’adaptent en fonction de la luminosité. L’installation de systèmes intelligents capables de déterminer le degré d’usure, de détecter des défaillances et de programmer des interventions pourrait rendre plus efficient l’entretien des routes, ponts et autres infrastructures et faciliter le travail des techniciens.

Quelles que soient les applications de ces systèmes intelligents, ceux-ci permettent d’accroître l’efficacité et la sécurité des infrastructures de nos villes. Il est certain qu’au fur et à mesure qu’ils se répandront dans notre environnement et nos industries, ils bousculeront notre façon d’interagir avec nombre d’objets que nous utilisons au quotidien, mais nous bénéficierons de solutions plus autonomes, économiques et écologiques.

https://www.tvanouvelles.ca/2019/05/26/les-ventes-de-voitures-electriques-bondissent-au-quebec

https://vehiculeselectriques.gouv.qc.ca/decouvrir/recharge/recharge-publique.asp

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *