Migo Kelada devient Vice-président, Bâtiment, Ouest du Canada

Sur la voie de l’entrepreneuriat et du leadership

 

Migo Kelada n’est pas un nouveau venu dans le monde du génie-conseil. Il a commencé à travailler comme ingénieur en mécanique en 1994 après avoir obtenu un baccalauréat en sciences appliquées de l’Université de Regina. Depuis, la carrière de Migo a progressé et s’est diversifiée puisqu’il a travaillé pour le compte de diverses firmes réputées où il a mis en pratique son esprit entrepreneurial. En 2009, de concert avec deux associés, il fonde KFR Engineering.

Ensemble, ils font de KFR Engineering une firme de génie-conseil en mécanique de premier plan dans la région d’Edmonton. En 2018, à la suite de l’acquisition de KFR par CIMA+, Migo s’est joint à notre équipe. Aujourd’hui, nous sommes fiers d’annoncer la nomination de Migo au poste de Vice-président, Bâtiment pour l’Ouest du Canada.

Nous avons eu l’occasion de clavarder avec Migo pour en savoir plus sur sa carrière et le chemin qu’il a parcouru jusqu’à son nouveau poste.

Vous avez une longue carrière derrière vous. Pouvez-vous nous dire de quelles réussites et de quels projets vous êtes particulièrement fier ?

« Quand je me suis établi à Edmonton, j’ai rapidement développé un créneau dans le domaine de la conception de systèmes mécaniques pour des laboratoires de bioconfinement après avoir eu l’occasion et l’honneur d’être mentoré par Harry Wiber, concepteur du Centre scientifique canadien de santé humaine et animale. J’ai ensuite conçu de nombreux laboratoires à niveau de confinement élevé, dont VIDO-InterVac à Saskatoon, qui jouera un rôle de premier plan dans la compréhension des virus et des vaccins, comme la COVID-19. »

 

En tant qu’entrepreneur, qu’avez-vous surtout appris et en quoi cela a-t-il fait de vous le leader que vous êtes devenu ?

« Pour réussir comme entrepreneur, il m’a surtout fallu apprendre à gérer des personnes. À cet égard, j’ai commencé tôt dans ma carrière en observant mes mentors. Au cours de mon cheminement, j’ai eu de nombreux bons exemples de ce qu’il faut faire et surtout de ce qu’il faut éviter. Cela a façonné mon style de leadership de façon à traiter les gens comme je voudrais l’être moi-même. Être honnête, offrir des opportunités, fournir de la rétroaction et traiter les gens équitablement. »

 

À titre de nouveau vice-président chez CIMA+, quelle est votre principale priorité ?

« Ma plus grande priorité est de miser sur la réputation de KFR Engineering et de CIMA+ pour continuer de faire croître l’équipe Bâtiment dans tout l’Ouest canadien. En fait, au cours des derniers mois, nous avons déjà amorcé notre croissance à Calgary et à Vancouver. Ces marchés représentent un énorme potentiel et je suis persuadé qu’avec une approche adéquate et les bonnes personnes, nous pouvons faire de l’équipe Bâtiment de CIMA+ un chef de file dans l’Ouest canadien. »

 

Comme membre du comité de gouvernance et d’éthique de CIMA+, pouvez-vous nous dire sur quoi ce groupe se concentre et pourquoi c’est important pour notre travail ?

« L’objectif principal du comité est de s’assurer que tous les employés agissent avec le professionnalisme et l’éthique auxquels s’attendent nos clients et nos organisations professionnelles. Je crois qu’il est essentiel, dans notre industrie, qu’une firme et son expertise en conception soient dignes de confiance. Si l’on peut compter, dès le départ, sur la qualité des services offerts par une telle firme, l’intégrité de la conception peut être maintenue et protégée tout au long du processus de construction. De plus, une firme éthique attire les meilleur(e)s employé(e)s qui comprennent ses valeurs et ses principes opérationnels. »

 

Quels conseils donneriez-vous à un ingénieur en début de carrière ?

« À un jeune ingénieur débutant, je conseillerais de ne jamais cesser d’apprendre et lui dirais qu’il est essentiel de s’assurer le soutien d’un ou de plusieurs mentors. N’hésitez pas à poser des questions et à prendre des risques calculés. Un jeune ingénieur doit bien comprendre que les erreurs sont inévitables, mais que le plus important est d’apprendre de ces erreurs et de redoubler d’efforts pour les corriger. Enfin, un ingénieur doit développer son réseau et profiter de toutes les occasions pour créer des liens, car on ne sait jamais où cela peut nous mener. »

 

Quand vous ne travaillez pas comme ingénieur, à quoi consacrez-vous votre temps ?

« Ma femme et moi adorons voyager. L’année dernière, nous nous sommes réellement gâtés puisque nous avons découvert les pyramides d’Égypte à dos de dromadaires en compagnie de nos deux garçons. Je suis aussi un grand amateur de sports et j’aime regarder jouer les Oilers d’Edmonton et les Roughriders de la Saskatchewan. Par ailleurs, rien ne vaut un bon parcours de golf. C’est de là que je tire le plus gros de mon énergie ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *