Réinventer le modèle de travail chez CIMA+ : le travail hybride

De nombreuses personnes voudront poursuivre le télétravail une fois la pandémie passée. Soucieuse de répondre aux besoins de ses quelque 2600 employés, CIMA+ met en place une politique de travail hybride en étroite collaboration avec eux. Flexible et novatrice, cette politique sera déployée sous peu.

Réinventer le modèle de travail chez CIMA+ : le travail hybride|Travail Hybride_Dans le texteCe nouveau modèle de travail s’articule autour de trois lignes directrices, qui constituent autant de piliers du succès : l’adaptation des politiques et des procédures en matière de gestion des ressources humaines; la mise à la disposition du personnel de matériel informatique approprié à la situation; le réaménagement des espaces de travail dans la trentaine de bureaux de la firme de génie-conseil.

« Sans la crise sanitaire, cette vaste réflexion n’aurait probablement jamais eu lieu, affirme David Murray, vice-président principal du secteur énergie et ressources de CIMA+. Au cours des dernières années, nous avons démontré qu’une organisation comme la nôtre peut fonctionner en mode hybride. » David Murray pilote le comité sur le travail hybride de l’entreprise, constitué dès les premiers soubresauts de la COVID-19. « Il était d’abord question du comité sur le télétravail. Nous nous sommes toutefois rendu compte que la majorité de nos équipes vivait dans les faits une réalité hybride », raconte-t-il.

Il n’est plus question de revenir en arrière. Une consultation interne révèle d’ailleurs qu’environ 80 % des employés souhaitent continuer à travailler quelques jours par semaine à distance. « Le maintien de cette flexibilité fait maintenant partie des attentes de nos talents. Cela est également vrai pour les candidats externes que nous souhaitons attirer au sein de notre organisation, puisque cette question arrive rapidement dans les échanges lors du processus de sélection », constate Katia Millaire, directrice des partenaires d’affaires du Service des ressources humaines de CIMA+ et membre du comité sur le travail hybride. « Un employeur de choix doit désormais offrir de la flexibilité », ajoute celle qui parle d’une transformation positive des mentalités.

Bien comprendre les besoins

Cette révolution dans les modes de travail s’accompagne de plusieurs défis; le respect du rythme auquel chacun évolue est l’un d’eux. Cela commande de la souplesse et de l’agilité dans la mise en place du modèle de travail hybride. « Nous n’avons pas la prétention de répondre à tous les besoins dès le départ, mais notre force réside dans notre capacité à nous améliorer. Les réalités ne sont pas les mêmes d’un individu à l’autre, par exemple », illustre Katia Millaire. C’est pourquoi chaque employé est invité à réfléchir à l’option de travail qui lui convient le mieux, tout en gardant à l’esprit les besoins de l’organisation, puis à en discuter avec son gestionnaire afin de conclure une entente qui répondra aux attentes de l’ensemble des parties.

Autre défi : assurer que les espaces de travail en présentiel – c’est-à-dire au bureau – sont conformes à cette nouvelle réalité. « L’ère des postes assignés est révolue. Il faut maintenant concevoir les environnements de travail selon les tâches à effectuer sur place », explique Caroline Turgeon, chargée de projet principale de CIMA+ et responsable du réaménagement des bureaux de l’entreprise. Des réflexions sur les mètres carrés et le nombre de places assises à accorder au personnel guident notamment ce chantier, mené en collaboration avec l’équipe TI, responsable de l’infrastructure informatique.

Cette transformation est déjà bien entamée au bureau de Montréal, où les 570 employés profitent depuis peu d’espaces fraîchement rénovés. On y trouve des environnements de divers types, des postes de travail non assignés jusqu’à des salons privés pour les rencontres de travail, en passant par des cabines insonorisées pour les appels téléphoniques et les visioconférences, des salles destinées aux rencontres communes et des espaces de travail en silence du style bibliothèque. « Comme on ignore la fréquence à laquelle les employés viendront au bureau, nous travaillons en étroite association avec les gestionnaires des équipes », précise Caroline Turgeon.

Une page blanche

La consultation, on le comprend, est essentielle à la réussite de cette évolution du modèle de travail. Compte tenu des changements apportés et de la résistance que ces derniers peuvent parfois occasionner, une telle démarche permet aux employés des différentes équipes de travail d’exprimer leurs préoccupations, de se sentir écoutés et d’être partie prenante de cette évolution. « Chez CIMA+, nous grandissons et évoluons ensemble pour faire en sorte que notre modèle de travail de demain soit innovant, flexible et axé sur la bienveillance », souligne Katia Millaire. La nouvelle politique de travail hybride sera déployée au cours des prochains mois.

D’ici là, les gestionnaires seront formés et outillés afin de faciliter la mise en œuvre du modèle de travail hybride. « Ils auront notamment accès à une formation en ligne sur notre Campus CIMA+ afin de se familiariser avec les principes clés de la politique de travail hybride. Par la suite, les employés pourront prendre connaissance de son contenu et signer une entente qui, nous le souhaitons, sera à leur entière satisfaction », conclut-elle.

CIMA+ voit ce modèle de travail hybride comme une occasion d’offrir à tous et à toutes de meilleures conditions de travail, tout en favorisant ainsi l’engagement et le bien-être des talents.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Outils d'accessibilités