Protection des berges du fleuve Saint-Laurent et auto régénération d’un marais à Rivière-du-Loup

Projet pilote visant à résoudre le problème d’érosion des berges du fleuve Saint-Laurent en bordure de l’autoroute20, où un tronçon complet était menacé en raison de l’érosion importante du marais séparant l’autoroute et le fleuve.

Le ministère des Transports du Québec désirait mettre en place une protection pour contrer l’érosion des berges du fleuve Saint-Laurent dans ce secteur, éviter la déstabilisation des infrastructures routières et favoriser l’auto régénération du marais intertidal, qui avait été détruit au cours des 40 dernières années. 

Afin d’atteindre les objectifs du MTQ, le projet s’est déroulé en plusieurs phases : la première phase des travaux a consisté à stabiliser en urgence la zone d’érosion la plus critique le long de l’autoroute 20 en mettant en place un noyau de pierre de 0-500 kg contre la rive sur une longueur de 130 mètres. La seconde phase a consisté en l’élaboration d’un ouvrage de protection innovateur en forme de « T » à 120 mètres de la rive, constitué d’une digue transversale rejoignant un brise-lames principal de plus de 300 mètres de longueur et parallèle à la rive, le tout composé de pierres de 1 à 5 tonnes.  

Protection de l’environnement 

La solution proposée par l’équipe pour la résolution de la problématique d’érosion complexe comporte la construction d’un ouvrage innovateur et unique au Québec : un brise-lames submersible avec épi. Cet ouvrage de protection en enrochement en forme de « T » permet la restauration du marais avec rechargement de la plage et la plantation de spartine alterniflore, tout en créant un habitat de réserve pour les poissons.  

Prix décerné à l’équipe 

Ce projet a reçu le Prix de l’Association des ingénieurs-conseils du Québec dans la catégorie Environnement en 2012. 

Outils d'accessibilités