Réaménagement des embarcadères de la traverse Tadoussac/Baie-Sainte-Catherine

L’acquisition de nouveaux navires de plus grande dimension pour la traverse Tadoussac/Baie-Sainte-Catherine par la Société des traversiers du Québec exigeait le réaménagement des embarcadères et des sites.

L’adaptation des infrastructures portuaires de cette traverse répond au besoin de la Société des traversiers du Québec (STQ) d’accueillir des navires de plus grande capacité.

Le projet multidisciplinaire s’est déroulé en deux phases. Une première phase du mandat consistait à confirmer les principaux paramètres techniques et opérationnels des embarcadères, des aires d’attente, des voies d’accès et de toute autre structure connexe (équipement à quai, électricité et éclairage). Une deuxième phase a consisté à proposer des solutions permettant de maximiser les bénéfices attendus d’une plus grande capacité de chargement.

L’équipe a réalisé les études d’avant-projet, conceptuelles et environnementales, la conception des plans et devis, les estimations, l’assistance technique durant les travaux et le contrôle de la qualité des activités suivantes :

  • Reconstruction du massif externe
  • Rehaussement de la face verticale du quai d’accostage
  • Réfection de la distribution électrique et de l’éclairage
  • Remplacement des rampes d’embarquement du système de levage à câble existant par un système à vérins hydrauliques (16 vérins) et du bâti aérien
  • Modification des culées
  • Agrandissement du bâtiment de services

À l’étape des études d’avant-projet, deux enjeux principaux ont été identifiés par l’équipe : la protection des mammifères marins ainsi que la continuité des services lors de la réalisation des travaux.

Protection des mammifères marins

En réponse à d’importantes contraintes environnementales : présence de bélugas et interdiction de faire du bruit dans l’eau, l’équipe a innové en réalisant les travaux de construction des massifs par méthode de confinement afin de limiter l’exposition des mammifères marins aux bruits durant les travaux.

De plus, des mesures de protection environnementale ont été appliquées, telles que les périodes de restriction pour la mise en place de palplanches et la mise en place d’un programme d’observation des mammifères marins.

Dans un objectif de minimiser l’empreinte environnementale et de limiter les débris provenant des travaux de démolition, le massif central supportant la structure de levage de la rampe d’accès existante a été réutilisé pour la réalisation des travaux de modification des débarcadères.

Continuité des services lors de la réalisation des travaux

Le design, la planification et la méthode d’exécution des travaux retenus ont permis au service de traverse entre Tadoussac et Baie-Sainte-Catherine de demeurer actif durant toute la période de réalisation des travaux.