Reconstruction de la passerelle Normandie à Longueuil

Construction d’une structure signature urbaine de mobilité active à accès universel, fondée sur la base des principes de développement durable.

Le projet de reconstruction de la passerelle Normandie avait pour objectif de garantir le passage au-dessus de l’autoroute 20 et ainsi redonner l’accès aux rives du fleuve Saint-Laurent aux citoyens.

L’innovation et le développement durable étaient au cœur du contexte unique dans lequel la reconstruction de la passerelle Normandie s’inscrivait. L’aspect unique de celle-ci, le choix de matériaux novateurs et les concepts structuraux utilisés ont donné le caractère distinctif, innovant et durable souhaité par le client et que l’on peut observer aujourd’hui.

Le projet a permis de revitaliser cet espace situé en milieu résidentiel et contribue désormais à lui redonner une vocation familiale et récréative, où toutes les générations peuvent bénéficier d’un milieu de vie sécuritaire et rassembleur. La section de la passerelle fait aussi partie de la piste cyclable reliant les villes d’Oka et de Mont-Saint-Hilaire et encourage le transport actif, le développement économique et la qualité de vie des citoyens de la région. Le belvédère de trois étages, du côté nord, donne aux usagers un lieu rassembleur ayant une vue unique sur le fleuve et la ville de Longueuil.

 

Solution proposée

Dès le départ, CIMA+ a collaboré et accompagné la firme Cardin Julien inc. dans la démarche architecturale de la reconstruction de la passerelle Normandie.

Le concept final inclut :

  • Une passerelle droite en treillis d’acier à tablier inférieur enjambant l’autoroute ;
  • Une approche en caisson courbe du côté du parc Marie-Victorin ;
  • Une approche sur remblai retenu à l’aide de mur de soutènement pour le parc Le Moyne ;
  • Des tours d’escaliers d’accès ;
  • Un belvédère haut de trois étages.

La largeur de la passerelle, établie à 4,5 m, est suffisante pour que les véhicules d’entretien et d’urgence puissent la traverser. La structure a été conçue selon le code canadien sur les ponts routiers (CAN/CSA-S6).

 

Bénéfices pour l’environnement

Le développement durable a été au cœur des principes énoncés pour la réalisation de ce projet. L’intégrité de l’environnement a été maintenue tout au long de la construction. Les emprises au sol ont été réduites autant que possible et des mesures en chantier ont été prises afin de s’assurer que les arbres sur le site soient conservés. Comme les travaux aux deux rives étaient effectués dans des parcs publics, il était crucial de respecter l’environnement immédiat. Une revitalisation du parc Le Moyne et une végétalisation des diverses approches étaient aussi prévues dans le mandat.

Une attention particulière a été portée au choix des matériaux utilisés pour la construction de la passerelle. Dans un souci d’économie et de responsabilité environnementale, le béton de l’ancienne passerelle a été concassé et réutilisé dans les remblais qui ont servi pour la nouvelle structure. De plus, pour le revêtement du belvédère le bois torréfié a été choisi pour sa durabilité. Des ampoules à DEL ont été privilégiées pour l’éclairage architectural de la passerelle. Leur longévité et leur qualité écoénergétique en faisaient des candidates parfaites pour ce projet.

Outils d'accessibilités